Lexique de l'Espagne Moderne
Michel Boeglin - Vincent Parello
Précédent   Suivant
Velázquez, Les ivrognes Version imprimable ajouter au classeur

Diego Rodríguez de Silva Velázquez  (1599-1660), Los borrachos , 1629, 165 x 188cm, Musée du Prado, Madrid.

 

los borrachos de Velasquez
Diego Rodríguez de Silva Velázquez 
(1599-1660)
, Los borrachos ,
1629, 165 x 188cm,
Musée du Prado, Madrid

Source : WebMuseum
Licence : Creative Commons
Auteurs : Mark Harden et Carol Gerten-Jackson

 

Ce tableau, qui porte également le titre de El triunfo de Baco, fait partie des célèbres compositions mythologiques de Velázquez. Il représente, d’une part, Bacchus en train de couronner un jeune homme et, d’autre part, un groupe de vendangeurs trinquant joyeusement avec du vin rouge.

La peinture mêle trois univers visuels : une scène de genre (bodegón), une scène mythologique et un paysage. Les portraits des paysans à la peau tannée, aux visages avinés et vêtus de haillons, servent de trait d’union entre le monde de l’antiquité gréco-latine et le monde contemporain du spectateur. La scène qui représente Bacchus couronnant un paysan déguisé en chevalier s’inscrit dans une triple tradition culturelle : une tradition caranavalesque à travers le déguisement et le couronnement burlesque, une tradition païenne à travers le culte bachique et les bacchanales, et une tradition courtoise à travers l’adoubement parodique. Cet adoubement n’est pas sans rappeler d’ailleurs celui de l’hidalgo de la Manche au troisième chapitre de la première partie du Don Quichotte. Si Bacchus se retrouve immergé dans le monde de la réalité quotidienne et paysanne, certains traits cependant le singularisent, comme son teint laiteux, son visage lisse et glabre qui lui confère un caractère asexué et androgyne. La scène qui représente les vendangeurs en train de trinquer peut être lue de différentes manières. Des paysans fêtent la fin des vendanges et le changement de saison (scène de genre). A l’instar des gentils, les paysans s’adonnent à une joyeuse bacchanale en honneur de Bacchus (nom romain de Dionysos), dieu de l’excitation, de la frénésie, de l’enthousiasme et du vin (scène mythologique). Sur le mode de la dérision, les paysans reproduisent le sacrement de l’Eucharistie, cérémonie religieuse au cours de laquelle le pain et le vin se transforment en corps et sang du Christ (scène religieuse). Le paysage à l’arrière-plan donne l’impression d’être un rajout tardif ; il n’occupe qu’une infime partie de la composition et est dépourvu de second plan qui puisse servir de transition.

 

 

 

 
Précédent   Suivant